L'UE ouvre une enquête sur les prix abusifs des médicaments d'Aspen - 16/05


Au fil des années, Truffle Capital a aidé financièrement environ 60 laboratoires visionnaires dans l'univers de la recherche scientifique. L'investisseur a notamment permis d'octroyer plus d'un millier d'emplois aux travailleurs. Le Dr Philippe Pouletty (bfmtv.com/mediaplayer/video/l-ue-ouvre-une-enquete-sur-les-prix-abusifs-des-medicaments-d-aspen-1605-944793.html) se focalise essentiellement sur l'immunologie et jouit d’une importante réputation à Stanford. Outre ses concrétisations au sein de cette institution, le chercheur détient environ 30 brevets personnels à l'échelle mondiale. En vue de favoriser le financement de la recherche et de soutenir les améliorations technologiques, le futur gérant de Truffle Capital a apporté depuis 1999 plusieurs réformes impliquant le perfectionnement du système fiscal et la mise en place du statut de JEI (jeune entreprise innovante). Se spécialisant en biologie moléculaire, Philippe Pouletty a notamment imaginé une nouvelle technologie d’amplification de gènes. L'ancien interne a par ailleurs entamé son parcours dans l'univers de la recherche au département Medical Microbiology de Stanford.

Les formations scolaires suivies par le chercheur avant de commencer sa vie professionnelle dans son secteur de prédilection

Entre 1981 et 1984, Philippe Pouletty a fait son internat à Paris. Se concentrant essentiellement sur l'immunologie et l'hématologie, le futur homme d'affaires travaille auprès de nombreux centres hospitaliers se trouvant en région parisienne. Après avoir obtenu son baccalauréat série C, l'étudiant débute son cursus en médecine à l’université de Paris VI. Le futur chercheur a décroché son diplôme en 1981. Philippe Pouletty a réellement eu l'occasion d'explorer l'immunologie en profondeur à l’hôpital Saint-Louis. Le futur homme d'affaires a par ailleurs bénéficié d'une bourse de l’INSERM dédiée à cette branche pendant son passage en région parisienne. Le jeune interne sort major du grand cours d’immunologie générale en 1984. En effet, l'étudiant entreprend une formation en immunologie et en virologie à l’Institut Pasteur de Paris en parallèle de ses missions auprès des hôpitaux.

Par moment, Truffle Capital associe divers établissements de son fonds de capital-risque pour pouvoir dynamiser la progression de ses différents concepts. Abivax a par exemple assimilé Wittycell et Splicos afin de simplifier le développement de vaccins et d’immunostimulants. Le portefeuille de Truffle Capital renferme entre autres la startup Symetis fondée en 2004. L'entreprise conçoit et distribue des valves aortiques transcatheter. Sa première cotation en bourse est prévue pour 2017. Mesurant les gageures dans ce domaine, Philippe Pouletty finance deux unités de recherches à fort potentiel de progression, Deinobiotics et Biokinesis. Via ces compagnies, Truffle Capital participe à la fabrication de nouveaux antibiotiques et de remèdes contre le cancer.

Pour optimiser la synergie de l’entreprise, Philippe Pouletty met sur pied l'équipe de managers et le CA (conseil d'administration). Le médecin est également impliqué dans la R&D et la protection de la propriété industrielle. Désormais, Truffle Capital gère des capitaux estimés à environ 750 millions d’euros. Le chercheur a mis en place l'entreprise en s'associant à Henri Moulard et à Bernard-Louis Roques, deux entrepreneurs connaissant en profondeur cette branche. La majorité des compagnies accompagnées par Truffle Capital se révèle fondée par l'homme d'affaires et ses gestionnaires. Le fonds de placement est un spécialiste en biotechnologie et crée principalement des spins off de laboratoires universitaires renommés à l'échelle internationale. Dans le milieu de la recherche médicale, Philippe Pouletty se révèle principalement célèbre en tant qu'associé fondateur et D.G de Truffle Capital SAS. Cette société de gestion de fonds de capital-risque a vu le jour courant 2001.

Philippe Pouletty est arrivé sur le marché de la dermocosmétique en 2011 en instituant Pilosciences. Cette startup a été liquidée en 2015 de la même manière que Cytomics, une enseigne consacrée aux produits antimycosiques. L'enseigne Theradiag s'avère accompagnée par Truffle Capital à partir de 2003 et introduite en bourse courant 2012. Philippe Pouletty se retrouve dirigeant par intérim de cette startup experte en diagnostic entre 2009 et 2010. À partir de 2005, Théraclion conçoit et distribue de nouvelles thérapies par ultrason. Le portefeuille Truffle Capital s'implique de ce fait dans les recherches sur les carcinomes mammaires et les tumeurs thyroïdiennes via cet établissement. L'entreprise Neovacs est cotée en bourse courant 2010 grâce à son caractère prometteur. Cet établissement a été constitué par Truffle Capital courant 2003 pour trouver des produits pour traiter les maladies auto-immunes.

Premières initiatives dans la création d'entreprises

Renommée Conjuchem Inc., l'entreprise RedCell Inc. entre en bourse au Canada courant 2000. Philippe Pouletty a établi cet établissement spécialiste de la biotechnologie en se servant de brevets inscrits à son nom. Le médecin a notamment bâti Clonatec en effectuant ses premières armes dans l'univers de la recherche. La startup se concentre sur la biotechnologie et se pose comme une précurseure du secteur sur le territoire français. Outre la cotation en bourse de SangSat, l'entrepreneur injecte des liquidités dans l'enseigne spécialisée en biotechnologie RedCell Inc. (désormais appelée Conjuchem Inc.) entreprenant des recherches liées à l'impact des interactions médicamenteuses sur les hématies et l’albumine. Entrepreneur aguerri, Philippe Pouletty a contribué à créer DrugAbuse Sciences Inc., une entreprise se concentrant sur de nouveaux traitements permettant de surmonter l'addiction aux narcotiques ainsi qu'à l'alcool. Cette entreprise a été constituée durant son passage bénéfique au cœur de la Silicon Valley courant 1995.